C’était il y a 100 ans : Orléans devenait “la marraine de guerre” d’un petit village de la Meuse. Marraine d’après-guerre devrait-on dire, car il s’agissait alors de reconstruire le village de Vauquois, près de Verdun – village totalement anéanti par les combats de 14-18, et où périrent 15 000 hommes, dont bon nombre étaient originaires d’Orléans.

Vauquois, dont les origines remontent à l’époque gallo-romaine en 58 avant J.C ., sa véritable naissance est liée à l’An 888, date de la victoire de Eudes, roi de France, sur les Normands, victoire assurée lors de l’apparition de la Vierge sur le Monts des Cigales.

La terrible butte de Vauquois

Vauquois est situé à 35 km de Verdun. Avant que n’éclate la première guerre mondiale, le village était construit sur une butte de 290 mètres hauteurs. D’où l’intérêt stratégique de Vauquois pendant le conflit : à la fois observatoire exceptionnel et verrou qui permet de contrôler la route et la voie ferrée entre Verdun et Paris. Les combats y furent incessants, avec des tranchées, des galeries souterraines, des tonnes d’explosifs et de mines. Au sortir de la guerre, le bilan est terrible : 15 000 morts, et un village totalement détruit laissant place à un paysage lunaire, dévasté par des cratères.

hier soir l’association computer recycling était présente à la cèremonie et à la projection du documentaire qui c’est fini avec un beau feux d’artifice.